Berat, « la ville aux mille fenêtres »

0

Berat, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, est l’une des plus vieilles villes d’Albanie. Elle offre un incroyable voyage dans le temps avec son château, sa forteresse et ses paysages à couper le souffle !

Mais ce qui rend si spécial la ville historique Ottomane de Berat, ce sont ses typiques maisons blanches en pierres, aux toits de tuiles rouge et aux grandes fenêtres en devantures. Ces bijoux, du 18eme et 19eme siècles, épousent parfaitement la forme des collines et semblent être empilées les unes sur les autres. C’est assez surprenant !

Reconnaissable entre mille, cette pépite est un véritable chef-d’œuvre de l’architecture ottomane parmi les mieux conservées dans les Balkans. Et qui lui a valu d’ailleurs le surnom de ‘’la ville aux mille fenêtres’’ !

Somptueuse Berat, Albanie.
Vue sur les toits de Berat, Albanie.

Un peu d’histoire …

Berat, n’est pas une ville banale, c’est en fait trois villes anciennes en une. Un 3 en 1 réussi ! (Même Elseve n’arrive pas à faire ça !)

Gorica, le quartier “chrétien”, Mangalem, le quartier “musulman” situé de l’autre coté de la rive, et l’impressionnante Citadelle en hauteur, très vaste et entourée d’un puissant rempart. Ce sont donc ces trois centres historiques qui font la réputation de Berat.

De part et d’autre de la rivière Osum et reliée par le pont Gorica (bâti en 1780 et reconstruit en pierres en 1920) on découvre Berat, ses ruelles pavées étroites et ses mille fenêtres !

Aujourd’hui, cette ville est ce délicieux mélange de modernité et de tradition. La mosquée jouxte l’église orthodoxe, les époques et les cultures se confondent…Un subtile mélange réussi. Et toi et moi, on aime ça !

Vue depuis la citadelle de Berat, Albanie.

Comment y aller ?

Pour arriver à Berat, je suis partie de Himarë en auto-stop. J’ai fait dans un premier temps du stop pour Vlorë. Le conducteur allait jusqu’à Fier. Bingo, j’en ai profité pour passer par Apollonia avant d’aller à Berat.

Après avoir visiter le site archéologique, j’ai dû faire deux autostops pour arriver à destination. Difficile de parvenir à Berat, les routes sont désertes et difficilement praticables !

La chance, il faut y croire pour l’avoir !

Heureusement pour moi, le deuxième chauffeur était particulièrement sympa. Un albanais de Berat même. Il revenait de la plage de Vlorë avec ses amis. J’ai beaucoup appris de nos échanges. Il m’a donné les meilleures adresses de sa ville. M’a conté quelques anecdotes … il m’a même offert un souvenir du pays. Bref, ce fut très enrichissant. Une preuve de plus que l’auto-stop n’est pas plus dangereux que ta prochaine rencontre amoureuse …

Je t’invite sans plus attendre à lire l’article dédié à l’auto-stop ici !

Autrement, tu peux toujours (faire comme tout le monde et) prendre le bus comme un(e) grand(e) garçon(fille) ou mieux encore louer une voiture et voguer à ton gré. Mais souviens toi que les tarifs de l’essence sont similaires à ceux de la France !!

Ruelle de la citadelle de Berat, Albanie.

Que voir et faire à Berat ?

Malgré les (quelques) difficultés (mauvais état de la route, plusieurs auto-stops sous un soleil écrasant) pour l’atteindre, Berat se mérite !

1. À la découverte de la citadelle

Le château de Berat est une magnifique forteresse du XIIIᵉ siècle perchée sur les flancs de la montagne qui domine la ville. Sa visite se fait à pieds pour les plus courageux ou en voiture pour les chanceux (comme moi) – je t’avais dit que Seith était sympa, mais je ne t’avais pas précisé qu’à notre arrivée à Berat, il m’a fait découvrir sa ville. Notamment la citadelle qui a tout suite attiré mon regard, encore habitée et entourées de remparts -.

Pour te rendre à la citadelle, tu devras te présenter aux heures d’ouverture (8h-20h d’avril à septembre et 8h-17h d’octobre à mars) et t’acquitter d’un petit droit d’entrée de 200 lek, un peu moins de 2€.

Promène-toi à l’intérieur des remparts dans lesquels tu découvriras les fameuses maisons traditionnelles de la période ottomane, mais également d’autres nombreuses curiosités. L’impressionnante statue de la tête de l’empereur Constantin, la sublime église de St Théodore en briques rouges qui surplombe la rive gauche de la rivière Osum, la citerne qui servait à stocker l’eau durant la période byzantine et les vestiges de l’ancienne ville sont autant de merveilles à découvrir …

2. Admirer le coucher de soleil

Au point culminant de Berat, un panorama (de dingue) s’offre à toi avec d’un coté les maisons blanches des quartiers historiques Mangalem et Gorica et de l’autre, une vue magnifique sur la montagne de Tomorr qui culmine à plus de 2000 mètres d’altitude. Cette montagne est également connue pour être un lieu de pèlerinage pour les Bektâchî (une sous-branche chiite de l’islam), deuxième religion la plus pratiquée en Albanie.

Je te conseille d’être là-bas pour le coucher de soleil. Tu verras Berat se parer de ses plus belles couleurs !  En plus, tu as une superbe terrasse pour siroter un verre à prix doux.

Coucher de soleil spectaculaire à Berat, Albanie.

3. Visiter les musées

Si Berat ne peut que séduire les passionnés d’histoire, c’est aussi grâce à la présence de plusieurs musées chargés d’histoire. À l’intérieur-même de la forteresse, on trouve le Musée National des Icônes du célèbre peintre albanais du 16eme siècle, Onufri. Je ne les pas visité car j’ai estimé que le musée médiéval visité à Korçë (où je t’en parle ici) m’avait mis une claque ! Mais si tu n’es pas passé par Korçë, tu peux le visiter pour la modique somme de 200 Lek, soit 1,70€.

Pour la petite histoire, le musée Onufri se trouve à l’intérieur du monastère où furent retrouvés à l’époque du communisme deux Codex datant du VIème et IX ème siècles après JC ! Aujourd’hui, ces codex sont conservés à Tirana, capitale de l’Albanie, et classés au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Musée d’Ethnographie de Berat quant à lui te permettra de voyager au fil des siècles en découvrant les outils utilisés pour l’artisanat et l’agriculture dans cette région albanaise. J’ai vraiment apprécié ce voyage dans le temps en déboursant moins de 2€ pour cette visite.

Musée d'Ethnographie de Berat, Albanie.

4. Balade dans le vieux centre de Berat

Très bien conservé, ce centre historique mérite d’y passer quelques heures, le temps de déambuler dans les ruelles escarpées.

Les deux quartiers historiques concernés, Mangalem et Gorica, sont séparés par une rivière (Osum) et reliés par un pont. Le quartier Gorica se trouve sur la rive sud de la rivière. Un chemin de randonnée, le Gorica trail, permet de prendre de la hauteur pour admirer à la fois la ville, le château de Berat et l’église de Saint Michael (Shën Mëhili). Le quartier Mangalem (ancien quartier aux façades blanches) est situé sur la rive nord, au pied de la citadelle, du côté de la route principale et du reste de la ville.

Centre de Berat, Albanie.

5. Découverte des lieux cultes

Berat la blanche, est une ville extrêmement riche en histoire et très bien préservée. On y constate le caractère très cosmopolite de l’Albanie : ses communautés religieuses qui cohabitent sans heurts, ses influences culturelles multiples depuis l’Antiquité… Et les paysages contrastés tout autour de cette petite ville en rehausse le charme.

  • La mosquée d’Izgurli

La personnalité de la ville de Berat doit beaucoup à l’architecture ottomane. Connue sous le nom de ville aux mille fenêtres, Berat est réputée pour ses maisons typiques : des toits presque plats en tuiles, des arcades blanches, et surtout, des fenêtres sur toute la façade. La présence de nombreuses mosquées vient également illustrer l’intégration de Berat à l’empire ottoman pendant des siècles ! La Mosquée de plomb ou mosquée de Lead, vaut en particulier le déplacement.

Aussi connue sous le nom d’Izgurli, cette mosquée historique du XVIe siècle dans le quartier de Mangalem, tire son nom des matériaux utilisés pour la réalisation de sa coupole.

Mosquée d’Izgurli à Berat, Albanie.
  • Une cohabitation harmonieuse

La juxtaposition des lieux de cultes catholique, orthodoxe et musulman témoigne de la capacité à cohabiter harmonieusement des différentes communautés.

En marchant dans les petites ruelles pavées qui serpentent entre de très vieux murs, on peut ainsi passer de l’Église Saint-Théodore à la Cathédrale de la Dormition, puis à la Mosquée Rouge (en travaux) !

Il en est de même pour le nouveau centre, où la mosquée principale, dite mosquée de plomb, côtoie de près la cathédrale orthodoxe de Saint Dimitri. N’hésite pas à pousser les portes de ces lieux sacrés. En plus, l’entrée est gratuite.

Cathédrale orthodoxe de Saint Dimitri.

Remarque :

L’Albanie est un pays à plus de 70% musulman, d’où le nombre important de mosquées dans tout le pays. Pourtant, les mosquées et la religion musulmane côtoient les églises orthodoxes et catholiques. D’ailleurs, beaucoup d’albanais considèrent ‘’l’islam albanais’’ tolérant et pacifique. Vingt pour cent de la population se disent chrétiens orthodoxes et 10% chrétiens catholiques. En clair, les musulmans et les chrétiens vivent en harmonie, dans un grand respect mutuel – ce qui manque incontestablement à la France ! -.

6. Découvrir l’université de la ville

En me promenant dans la vieille ville, juste après avoir visité la mosquée, je traverse un parc et tombe nez à nez devant l’impressionnant bâtiment dont Seith m’avait parlé la veille. Au style très particulier, cet imposant édifice ressemble étonnamment à la maison blanche située à Washington DC aux Etats-Unis. Sauf que c’est une université privée : ‘’Albanian University’’ de Berat. Cette bâtisse a su trouver sa place dans le paysage de la ville apportant un contraste avec l’architecture des quartiers de maisons blanches traditionnelles.

À mon grand regret, cette université, en travaux aujourd’hui, va dorénavant être un palace dédié à nos amis voyageurs très riches …Sans commentaire !

Ancienne université (privée) de la ville de Berat, Albanie.

7. Découvrir l’église de Saint Michael et contempler le Gorica Bridge

Je te conseille vivement d’aller visiter l’église Saint Michael, une église byzantine médiévale qui a survécu aux affres du temps. Non seulement par sa beauté architecturale mais surtout pour la vue et l’atmosphère qui s’y dégagent. C’est sur le côté sud de la colline, dans le quartier de Kalaja, que repose ce précieux monument. Il te faudra monter un nombre incalculable de marches d’escaliers qui serpentent la colline. Je te l’avais dit, Berat se mérite !

Attention, l’église n’est ouverte qu’a certaines heures de la journée !

Arrivée sur place, une vue imprenable sur le pont de Gorica qui enjambe la rivière Osum. D’ailleurs, ce pont est un point de repère dans la ville de Berat. Il est l’un des ponts ottomans les plus anciens et les plus populaires d’Albanie. Construit d’abord en bois en 1780, il a été reconstruit en pierre dans les années 1900.

Le célèbre pont Gorica à Berat, Albanie.

8. Petit plus : Visite d’une école

Ce jour-là, j’ai eu beaucoup de chance. En me baladant dans la vieille ville, je tombe sur une école primaire publique à quelques pas des ruines du palais du Pacha. Des femmes se tenaient à l’entrée de l’établissement. Souriantes, elles regardaient vers moi. Je les salue et leur demande de visiter les locaux. -les graffitis sur les murs de l’entrée de l’école ont attiré mon regard -. Elles me donnent quelques explications. J’ai d’ailleurs été bluffée ! Les classes sont vastes avec peu d’élèves. De grands moyens didactiques sont à la disposition des écoliers (matériels scolaires, …). Un avenir prometteur pour ces chérubins, si cette école reste publique et quelle ne se transforme pas (en hôtel palace, bien évidemment).

Drapeau d'Albanie peint sur le mur d'une école à Gjirokaster.

Où loger à Berat ?

J’ai résidé à l’auberge « Berat Backpacker Hostel » que j’ai choisie sur Booking.com à 10€, petit déjeuner inclus. Ce lieu enchanteur est un véritable havre de paix ! C’est une maison traditionnelle vieille de 300 ans nichée dans le quartier historique de Berica, à Gorica. Avec ses spacieux (et lumineux) dortoirs, ses espaces communs propres, un petit déjeuner copieux avec des produits frais et traditionnels (fromage, pâtisseries albanaises, …) et son jardin en pente où différentes terrasses sont aménagées sous des arbres fruitiers. Cette maison merveilleusement préservée, à l’atmosphère enchanteresse, est l’endroit idéal.

Pour satisfaire tous les types de voyageurs, cette auberge propose en plus des dortoirs, 4 chambres doubles joliment décorées et une chambre familiale.

De plus, cette auberge est la première à avoir ouvert dans la ville de Berat. Et la deuxième dans toute l’Albanie ! C’est Tirana Backpacker Hostel dont je t’ai parlée ici qui arrive en tête de ce classement.

Auberge "Berat Backpacker hostel" à Berat, Albanie.

Où sortir boire un verre et manger à Berat ?

Tu ne peux pas passer par la forteresse (surtout après avoir grimper là-haut) sans t’asseoir à la petite terrasse ombragée au Chiz Bar. Idéale pour un café, un soda ou même une bière avec vue, avant de rebrousser ton chemin.

Après cette agréable balade, ton estomac crie famine. Dirige-toi au buleverdi Républika, tu y trouveras une multitude de restaurants. J’ai opté pour le Traditional Grill (dans une ruelle enfoncée du boulevard). Comme son nom l’indique, ce restaurant propose des plats typiquement albanais cuits sur le grill, sous tes yeux. Les prix défient toutes concurrences. Le service est impeccable avec une équipe de choc, souriante et pro. Et les assiettes sont copieuses et bien savoureuses. Je te recommande le cheese goat grilled, une tuerie !!

Combien de temps pour visiter Berat ?

Il ne te faudra pas plus de deux jours pour les visites culturelles et profiter de la ville de Berat, le temps de déambuler dans toutes les petites et étroites ruelles pavées toutes incroyablement pentues. Eh oui, Il faut constamment monter et descendre pour appréhender toutes les facettes de Berat. Un travail pour tes fessiers et ton corps tout entier ! Un bonheur pour tes yeux émerveillés devant tant de beautés.

Traveltips-Auteur

sissi

Voyageuse passionnée, photographe en herbe et férue d'écriture, j'immortalise dans le monde mes rencontres, les moments de vie & les lieux chargés d'histoires.

Poste ici le premier commentaire

Ça pourrait te plaire !